29 janvier 2016
 
 

 

 
  Le MIAM se déploie : une opportunité à saisir!

Les marchés regorgent de produits frais et savoureux. Devant cette abondance, les consommateurs doivent s’y retrouver et les producteurs s’y différencier.

L’achat local est une tendance forte au Québec. Le caractère local d’un produit et particulièrement des aliments, est de plus en plus recherché par le consommateur. La fraîcheur et la qualité des aliments, l’apport à l’économie local et les préoccupations environnementales sont quelques-unes des motivations à l’achat de produits locaux.

Afin de répondre à cette tendance et de permettre d’accroître la visibilité des produits locaux sur les marchés, la Mauricie s’est dotée d’une identification régionale distinctive : le MIAM, le meilleur de l’industrie agroalimentaire de la Mauricie.

Pour en savoir plus >> 

 
     
  CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU QUÉBEC

           
Records de température dans le Saint-Laurent
(Le Soleil  | Publié le 13 janvier 2016 | Mis à jour le 14 janvier 2016)

(Mont-Joli) L'eau des profondeurs du golfe du Saint-Laurent et de l'estuaire n'a jamais été aussi chaude en 100 ans. C'est ce que révèle une étude menée par Pêches et Océans Canada.

La température de l'eau est passée de 5,5 degrés Celsius à un peu plus de 6. Une augmentation de cette ampleur est énorme. «C'est beaucoup, estime le chercheur en océanographie à l'Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli, Peter Galbraith. On n'a jamais vu une température aussi chaude.»

Pour en savoir plus >>

 


Québec et Lévis s'inquiètent de la salinité du Saint-Laurent
(Le Soleil  | Publié le 13 janvier 2016 | Mis à jour le 13 janvier 2016)

(Québec) Les villes de Lévis et de Québec lanceront prochainement une étude pour cerner les dangers qui guettent leurs prises d'eau potable branchées dans le fleuve Saint-Laurent. Il faut notamment déterminer si et quand l'eau salée pourrait se frayer un chemin vers l'ouest et les robinets.

«Nous, ce qu'on aimerait faire au niveau du fleuve, c'est d'être capable de voir ce qui se passe avec la salinité de l'eau. [...] Tantôt ça va devenir important parce qu'apparemment, plus les années vont passer, plus l'eau salée va s'approcher de nos prises d'eau. Il faut qu'on développe des modèles pour savoir ce qui va se passer», a exposé mercredi le maire Gilles Lehouillier, alors qu'il dressait un premier bilan du plan d'action de développement durable de la Ville de Lévis.

Pour en savoir plus >>

 
     
  De meilleures villes pour un meilleur climat

Vivre en Ville a lancé son nouveau rapport, De meilleures villes pour un meilleur climat, qui expose le rôle primordial des villes dans la lutte contre les changements climatiques. Alors que le Québec s’est doté d’un ambitieux objectif de réduction de ses émissions de GES, la croissance urbaine se présente comme un défi de taille. Le Québec accueillera, d’ici 2030, 400 000 nouveaux ménages, dont 77 % dans les six régions métropolitaines (Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay). Sachant qu’un ménage situé en périphérie éloignée émet 50 % plus de GES qu’un autre installé dans un quartier compact, on comprend l’importance de bien gérer la croissance urbaine.

Pour en savoir plus >>

 
     
  Projet d'étude sur la perdrix grise - Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs demande la collaboration de la population

QUÉBEC, le 22 déc. 2015 /CNW Telbec/ - Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs entreprend un projet d'étude sur la perdrix grise dont l'objectif est de valider deux méthodes d'inventaire de cette espèce. Pour ce faire, la collaboration des citoyens des régions de la Chaudière-Appalaches, de Portneuf, de la Mauricie et du Centre-du-Québec est demandée afin de repérer des groupes de perdrix grises au cours de l'hiver 2016. Cela permettra d'optimiser les déplacements du personnel du Ministère qui se rendra sur les lieux d'observation afin de capturer des perdrix et de les munir d'un émetteur télémétrique pour les localiser à distance.

Si vous apercevez des groupes de perdrix grises en janvier et février prochain, vous pouvez faire parvenir vos observations.

Pour en savoir plus >>

 
     
  Le chauffage au bois

Pour la plupart d’entre nous, un feu de foyer signifie une soirée tranquille à se prélasser et à contempler les mille et une lueurs de la flamme dansante, en écoutant avec ravissement le crépitement des bûches dans la cheminée...

Mais à quel prix?

Qu’elles proviennent d’un poêle à bois, d’un foyer ou d’un feu de camp, les fumées dégagées ne sont pas aussi inoffensives qu’on voudrait bien le croire. 

Pour en savoir plus >>

 
     
 
Prix action David Suziki l Protégez votre environnement, et recevez David Suzuki chez vous! 
                        
Initiative unique au Québec, le Prix Action David Suzuki est un concours en projets écologiques, destiné aux citoyens et organismes, qui vise à encourager les actions ayant un impact concret et positif dans leur communauté.

Envoyez votre candidature! Vous pourriez remporter un prix de 2 500 $ offert gracieusement par Desjardins… et la visite de David Suzuki en personne au printemps 2016! 

Soumission des candidatures jusqu’au 2 février à minuit

Pour en savoir plus >>

 
 

 

 
 

Mettre sa poubelle au régime
(Le Soleil | Publié le 14 janvier 2016  | Mis à jour le 17 janvier 2016 (Québec))

Les adeptes du mode de vie «zéro déchet» aspirent à produire le moins de détritus possible. Cela comprend la nourriture, bien sûr, mais aussi ce qui la protège. Ils font la guerre au suremballage. Fini les films de plastique, cartons inutiles et multiples pots de plastique. Les convertis font leurs emplettes en vrac avec leurs sacs et bocaux réutilisables, afin de faire maigrir leur poubelle au maximum.

Pour en savoir plus >>

 
     
 
Une étude pour améliorer l'habitat de la perchaude du lac Saint-Pierre
(Gaïapresse 12 janvier 2016)

Le Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière Saint-François (COGESAF) a réalisé une étude afin de trouver des solutions pour améliorer l’accès aux sites de reproduction pour la perchaude au lac Saint-Pierre et ses tributaires, avec l’aide financière du programme d’Amélioration de la qualité des habitats aquatiques (AQHA) de la Fondation de la faune.

Pour en savoir plus >>
 
     
  Québec sommé de «transformer de fond en comble» les transports
(
Publié le 26 janvier 2016)

Une coalition de gens d'affaires et d'environnementalistes a proposé hier un plan d'action en 42 points pour réduire l'empreinte écologique du transport individuel ou commercial au Québec et amener ce secteur d'activités à «faire sa part» dans la lutte contre les changements climatiques.

Pour en savoir plus >>

 
 

 

 
  Porteur d’espoir!

Les jeunes Québécois sont de plus en plus nombreux à s’investir en matière d’environnement. Grâce au programme Porteur d’espoir, la voix leur sera donnée pour mettre à l’avant-scène leurs initiatives vertes au service de leur communauté et de tous les Québécois.

Porteur d’espoir récompense une personne âgée entre 16 et 25 ans pour ses précieux efforts et réalisations en lien avec l’environnement. Le ou la gagnant(e) se voit attribuer une bourse de 2000 $.

Pour en savoir plus >>

 
     
 

Opinion - Objectif 2050, maintenant

Pour bâtir un avenir énergétique 100 % propre et renouvelable, nos gouvernements doivent prendre les bonnes décisions

Pour en savoir plus >>


 
     
  Le Jour de la Terre à l’école  

Vous organisez des activités liées à l’environnement dans votre CPE, école primaire ou école secondaire?

En les inscrivant au calendrier du Jour de la Terre Québec avant le 22 avril de chaque année, vous courez la chance de gagner de nombreux prix dans toutes les régions administratives!

Pratiquement toutes les activités environnementales ayant lieu entre septembre et le 22 avril sont admissibles : corvées de nettoyage, plantations, activités de compostage, de recyclage ou d’éco-design, visites écologiques, etc. Laissez-vous inspirer!

Pour en savoir plus >>

 
     
 

Biodiversité | Le Québec est en voie de rater ses cibles, et de loin
(27 janvier 2016 |Isabelle Paré | Actualités sur l'environnement)

Si rien ne change, le Québec n’atteindra aucune des cibles auxquelles il s’est engagé en 2010 en signant la Convention internationale sur la biodiversité biologique (CDB). À ce jour, Québec rate allègrement le coche en matière de création d’aires protégées, échoue à protéger les espèces menacées et vulnérables et à restaurer les sites naturels et les milieux humides dégradés, affirme un premier bilan.
         
Cinq ans après la signature des objectifs d’Aichi à Nagoya au Japon, force est de constater qu’il reste beaucoup à faire si le Québec veut honorer les engagements qu’il a pris pour atteindre, en 2020, les cibles mondiales en matière de protection de la biodiversité, ont constaté mardi Nature Québec (NQ) et la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP Québec), appuyés par Braulio Ferreira de Souza Dias, secrétaire de direction de la convention internationale.

              
Pour en savoir plus >>
 
     
 

Communiqués de presse émis par le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ)

21 janvier 2016 - Energie-Est de TransCanada La CMM fait le premier pas vers la transition énergétique

Pour consulter ce communiqué >>

 

26 janvier 2016 - Protection de la biodiversité : Québec s’enlise

Pour consulter ce communiqué >>

 

28 janvier 2016 - Le transport durable au cœur de l’économie moderne : une mission importante pour le nouveau ministre des Transports

Pour consulter ce communiqué >>


 
 

 

 
 

 

 

 

SOUTENEZ VOTRE CRE

 

Abonnement/Désabonnement